Archives par mot-clé : astuces

Test : porte-bébé de randonnée

Test : porte-bébé de randonnée

Amateurs de trekking et de grande randonnée, nous attendions avec impatience le jour où l’on emmènerait nos petits bonhommes avec nous sur des sentiers montagneux (il faut bien reconnaître que La Rochelle n’est pas réputée pour son relief accidenté).

Nous avons opté pour un porte-bébé dorsal de la marque Deuter, la référence dans le domaine. Ilan serait donc sur son papa. Thélio, en Ergobaby, sur sa maman pour diverses virées en Espagne et en Andorre.

Compte rendu

Première impression : le porte-bébé est forcément intéressant en randonnée puisqu’il permet de répartir le poids de son enfant. Entre la ceinture large pour les hanches et les bretelles pour les épaules, sans oublier le réglage à la poitrine, on peut quasiment l’adapter à toutes les morphologies. Oui mais (nous en avons toujours un) du coup, on préfère ne pas changer de porteur en cours de route…

Le porte-bébé nous libère les mains et celles-ci peuvent facilement attraper les cordes, les rampes d’escaliers, une bouteille d’eau, etc. En contrepartie, on est automatiquement moins mobile. Ce n’est pas pratique dans les sentiers étroits type passerelles ou bas de plafond type grottes. On adore tout particulièrement le pare-soleil sur le dessus.

Bien sûr le poids de portage étant bien réparti, l’enfant semble moins lourd. Oui mais (nous vous avions prévenu) le porte-bébé lui-même fait son poids. Quant à celui de l’enfant, il ne disparaît pas totalement ou bien revient à notre mémoire après une bonne heure de marche.

Bilan

C’est un outil très intéressant pour des randonnées courtes de quelques heures maximum avec quelques pauses. Nous ne le prendrions pas pour des treks longs (une semaine ou plus) à cause de l’encombrement qui nous a semblé trop important. Pour les petites balades, Ilan grimpera sur les épaules de papa de temps en temps, comme d’habitude.

Évaluation :

  • Intérêt : 3/5 pour les randonnées sur 1/2 journée.
  • Confort : 4/5 idéal si l’on excepte la hauteur. Nous sentons l’enfant en sécurité à tout moment.
  • Prix : 2/5 le prix moyen étant de 200€ il faut vraiment réfléchir avant de le prendre.

Buddha park

Buddha park

Pour notre dernière étape au Laos, nous posons nos valises à Vientiane. L’ambiance est toujours aussi reposante et ces dernières heures passées au Laos semblent filer sans qu’on ne s’en rende compte.

À l’image des autres « grandes » villes du pays, le centre de la capitale n’est pas très étendu et se laisse parcourir à pied, au gré de ses monuments les plus célèbres. Ainsi, croisons-nous le Patouxai (un Arc de triomphe version lao), le That Luang (un grand chédi doré) ou bien encore quelque Bouddha couché au détour d’un temple très coloré.

Un site méconnu

Mais le site qui nous a le plus charmés est sans conteste le Buddha Park, situé à une vingtaine de kilomètres de la ville. Là, dans un parc créé à la fin des années cinquante, les sculptures rivalisent de beauté et d’influences, même si la déclinaison autour des thèmes hindo-bouddhiques demeure centrale. Le lieu est surtout un cadre de paix où l’on flâne librement le temps d’une escapade agréable.

A noter : le parc ressemble à s’y méprendre au Sculpture park de Nong Khai, côté thaïlandais. Et pour cause, le même concepteur en est à l’origine.

Réaliser la photo parfaite du Taj Mahal

La photo parfaite du Taj Mahal

Aujourd’hui, nous vous proposons un petit manuel à suivre si vous souhaitez réaliser la photo parfaite (accrocheur, non ?) du Taj Mahal, l’un des monuments les plus photographiés du monde !

Et c’est bien là que se situe la difficulté. Comment faire pour n’avoir PERSONNE sur son cliché souvenir alors qu’il est inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco et trône dans un pays d’un milliard et demi d’habitants comme LE site touristique incontournable ?

Nous avons la réponse.

Bien sûr, si vous êtes professionnel de la retouche d’image et que vous avez le courage de supprimer 352 touristes sur la photo, vous n’avez pas besoin de nous. De même si vous êtes millionnaire et que l’envie de privatiser le site vous vient d’un coup, comme ça, pour pourrir notre post…

Pour les autres, voici quelques conseils utiles :

  • Prévoir de visiter le Taj Mahal un jour d’ouverture (le vendredi, c’est fermé par exemple).
  • Acheter ses billets la veille pour ne pas faire la queue le matin.
  • Tenir compagnie aux gardes dès quatre heures du matin pour être certains de franchir au moins cette porte, puisqu’il y en a plusieurs, avant tous les touristes qui viennent à partir de six heures du matin en général.
  • Avoir de la chance pour que la porte choisie soit la première ouverte ce jour-là (nous n’avons pas dit que la technique était infaillible).
  • Courir très vite pour accéder à la porte d’accès au Taj Mahal avant les hordes qui ne tarderont pas à déferler ! Un entraînement au running peut être intéressant pour ce point.
  • Vous avez alors environ deux minutes d’avance sur tout le monde et pouvez mitrailler le site avec intelligence (et quelques réglages sur votre appareil pour capter la magie de l’instant aux premières lueurs de l’aube). Avancez, cliquez. Avancez, cliquez. Ne vous retournez pas. Oui, vous êtes dans le cadre pour les autres touristes derrière vous mais c’est le jeu… il fallait bien un premier !
  • Voilà, normalement, vous avez une photo parfaite du Taj Mahal ! Merci qui ?

Prix fixes et transports

Prix fixes et transports

Il arrive que les chauffeurs de taxi, tuk-tuk ou autres modifient leurs prix en cours de route, prétextant qu’il ne s’agissait pas de ce qui était convenu. C’est une tentative comme une autre pour gagner un peu plus d’argent.

A l’arrivée, vous expliquez gentiment qu’il sera payé le prix qui était fixé, tout en restant ferme. Le chauffeur peut s’énerver tant qu’il le souhaite, c’est de bonne guerre après tout, mais ne vous laissez pas faire.

Les énergumènes très très énervés que l’on rencontre parfois en Thaïlande vont même vous parler de police : acceptez sa requête et dites-lui d’appeler la police. Il prendra son téléphone et fera semblant de les avoir en ligne pour vous faire peur. N’y croyez pas et, de toute façon, vous êtes dans votre droit.

Ce petit jeu n’est qu’une question de patience.