Les trésors d’Ayutthaya

Les trésors d’Ayutthaya

Plutôt que de foncer directement à Chiang Mai en arrivant à Bangkok (pour ceux qui ne se limitent pas aux plages du sud, évidemment), prenez le temps de découvrir Ayyuthaya, à seulement 75 km au nord de la capitale.

A une heure de minibus, donc, vous parvenez déjà à un site de grande valeur, situé dans l’ancienne capitale du royaume Siam, entre le 14e et le 18e siècle.

Un peu d’histoire

La ville accueillait à son apogée près de 800.000 habitants contre dix fois moins aujourd’hui. De sa grandeur d’antan, reste encore un charme hypnotique lorsqu’on déambule à vélo entre les ruines de son histoire passée.

Les temples ont, pour la plupart, été ravagés par les guerres sempiternelles avec les Birmans et l’on ne peut que s’imaginer ce que pouvait être le gigantisme du site autrefois. Les Bouddhas sont amputés ou décapités. Certains chedis (les stûpas locaux) ne tiennent que par miracle sur des socles bancals. Pourtant, l’atmosphère est paisible et si l’on fait un effort suffisant, on n’est jamais loin de tomber en admiration devant des vestiges à en donner le vertige.

Des Bouddhas partout

Bouddhas alignés, recouverts de tissus sacrés, vous voici au Wat Chaï Mongkhon. Ensemble prestigieux aux accents khmers, vous êtes au Wat Chaï Wattanaram. Ancienne chapelle royale aux chedis immenses, vous contemplez le Wat Sri Sanphet.

Et si vous apercevez une tête de Bouddha avalée dans des racines enchevêtrées, vous devez vous trouvez dans le Wat Mahathat, un des incontournables d’Ayutthaya. Les beautés du site se multiplient où que l’on regarde et le royaume de Siam se prend à revivre ses années fastes : les plaines centrales de Thaïlande ont encore bien des trésors cachés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.